La Bête du Gévaudan - Les Mobiles de l'Affaire

Différentes options ont été avancées pour tenter d’expliquer cette série meurtrière ; lesquelles pourraient être les plus crédibles ?

De même que l’on peut imaginer que l’affaire de la Bête ait pu avoir plusieurs mobiles qui se cumulèrent à certains moments.

Une affaire politique ?

Certains membres de la famille des propriétaires du fief du Besset, secteur ou disparaissait souvent la Bête lors des chasses, pouvaient avoir quelques rancœurs envers le régime autoritaire de Louis XIV, lequel avait contrecarré leurs projets politiques. Une possible raison d’en vouloir à l’autorité royale ?

On peut aussi penser à une fronde des seigneurs des baronnies locales, qui organisent une sorte de soulèvement sur ordonnance pour faire pression sur le royaume, ou encore à une machination organisée par un groupe d’aristocrates, ayant pour but de déstabiliser le pouvoir local, et indirectement la royauté.

Cette région isolée se prêtait bien à ce genre de rébellion, qui pouvait être difficile à déjouer et à neutraliser. Nous sommes à 25 ans seulement de la future révolution française dont la gestation est déjà en route.

Pour certains hobereaux déchus, la Bête peut devenir un moyen comme un autre d’agitation et de revanche en semant la terreur dans les campagnes. Le XVIIème siècle fut marqué par les poisons, le XVIIIème siècle par les infanticides et les pervers, comme le XIXème par les incendies criminels ou le XXème et le début du XXIème par les attentats suicides, les prises d’otages ou encore le terrorisme aveugle.

Une affaire de religion ?

Suite à la révocation de l’Edit de Nantes par Louis XIV, et la chasse aux protestants, les violents conflits entre le royaume et la religion réformée se terminent tout juste dans les Cévennes toutes proches.

Par ailleurs il semblerait que la plus grande partie des victimes soient de confession catholique, ce qui pourrait renforcer la thèse d’un complot religieux. Il est en effet permis de s’interroger sur l’absence surprenante d’attaque en terre huguenote, pourtant toute proche, à portée de la Bête en tous cas.

L’acharnement sur certaines familles pourrait aussi avoir une éventuelle explication
théologique, mais connaître l’appartenance religieuse des différentes victimes est
difficile sinon impossible. Rien n’interdit de penser à une vengeance des nombreux morts de la religion réformée.

L’Evêque lui-même annonce dans son mandement que la Bête tombera sous les balles lorsque le moment sera venu, comme s’il pouvait décider de ce moment, programmer l’arrêt de mort de la Bête.

Chanteuges

Une affaire locale, personnelle ?

Mais cette série criminelle pourrait aussi résulter de querelles locales entre nobles qui règlent leurs différents à leur manière.

Cette affirmation pourrait expliquer l’absence d’attaque dans certaines zones, pourtant comprises dans le périmètre global d’action de la Bête, et par la concentration de ces attaques dans d’autres paroisses. Il pourrait aussi s’agir de jalousies ou de rivalités entre familles nobles pour des questions de titres, de prestige, de possessions....

Il est vrai que le problème des successions non réglées (qui perdure encore de nos jours), peut engendrer parfois des représailles sévères. Cette thèse qui nous a été évoquée par plusieurs habitants locaux interrogés est tout à fait possible, bien qu’impossible à vérifier.

Saint-Alban

Une affaire paravent ?

Montée de toutes pièces ou entretenue par les seigneurs locaux, pour faire oublier la misère qui régnait alors, et masquer le début des revendications du Tiers Etat envers leurs vassaux, riches, bien nourris et logés confortablement. La Bête serait ainsi devenue un moyen de focaliser les énergies, de ressouder les populations, d’oublier un temps les contraintes insupportables que leur impose la noblesse.

Vu la durée et la constance de cette affaire, nous penchons davantage pour la thèse d’un complot soigneusement organisé, quels qu’en soient les mobiles, plutôt que pour de simples règlements de comptes.

Dans tous les cas c’est une bien détestable façon de régler ses griefs, sur le dos de victimes innocentes.


 
 
 


 
 
 
 
Copyright © 2019 Kréalistana